header secondaire general
Par ASSOCIATION DE LA PRESSE FRANCOPHONE
dimanche 25 octobre 2015

SSF Rachel BardQui a dit que les fonctionnaires n’ont pas d’influence? Plus Rachel Bard a évolué dans ses fonctions, plus cette diplômée de l’Université de Moncton a milité pour les services en français en santé.

«Les prix, je n’y ai jamais pensé deux minutes, c’est pas dans ma nature, assure l’infirmière  devenue sous-ministre de la Santé au Nouveau-Brunswick. C’est sûr que ça fait chaud au cœur.»

Retraitée depuis 2014, Rachel Bard a reçu «pour l’œuvre de toute une vie» la plus haute distinction de la Société santé en français (SSF), le 15 octobre, à l’occasion d’une rencontre nationale des 16 réseaux. Sa participation a commencé au moment où se déployaient des études qui allaient confirmer la langue comme un déterminant de la santé au Canada.

«Au début des années 2000, j’ai participé aux consultations que coordonnait Hubert Gauthier (qui allait devenir le premier directeur de la SSF). J’étais sous-ministre adjointe en santé à ce moment-là. Je suis devenue la représentante de la province parmi les cinq partenaires de la structure de la SSF au Nouveau-Brunswick.»

«Au début, la santé des francophones était moins bonne parce que la langue n’était pas respectée. Les liens qu’on a établis ont été un grand succès pour sensibiliser à l’importance des services en français. On a travaillé beaucoup au niveau de la promotion et de la prévention.»

Rachel Bard est devenue membre du conseil d’administration de la Société de 2002 à 2007, tout en assumant les fonctions de sous-ministre pour l’Éducation postsecondaire. Elle était en contact avec les hauts fonctionnaires associés de près à la formation en santé dans toutes les provinces.

«L’approche non revendicatrice a été très avantageuse pour nous. Les gouvernements ne voulaient pas s’engager avec la SSF parce c’était perçu comme un autre groupe de pression. J’ai pu parler à mes vis-à-vis des autres provinces pour démystifier, pour leur dire qu’on ne voulait pas travailler contre eux, mais avec eux.»

«Il fallait être à la même table pour intégrer les services en français à l’intérieur des systèmes de santé et non à l’extérieur, dit-elle. C’était important que les ministères s’engagent.»

Une ambassadrice

Rachel Bard est demeurée une ambassadrice des services en français jusqu’à la fin de sa  carrière: d’abord comme sous-ministre de l’Environnement, puis directrice de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada et à divers conseils d’administration, dont l’Association des médecins du Canada et le Réseau canadien des leaders en santé.

«Je crois beaucoup à l’importance de la santé primaire, c’est la pierre angulaire pour la SSF. Comme infirmière, j’ai travaillé dans les communautés en santé mentale. L’idée est de prévenir autant que possible l’entrée dans le système des soins en établissement.»

«C’est important d’être à la table des discussions pour influencer, pour faire avancer les politiques. Je vais continuer à donner un coup de main dans les coulisses. Je le fais parce que j’y crois.»

L’Î.-P.-É reconnue

Le ministère de la Santé de l’Île-du-Prince-Édouard y croit aussi. Il a reçu de la SSF le Prix de reconnaissance nationale 2015 pour le renforcement de services aux aînés francophones et l’inclusion de la langue sur la carte-santé de la province. La coprésidente Johanne Irwin du Réseau santé en français Î.-P.-É. explique la démarche.

«Tout récemment, les insulaires ont reçu un sondage du ministère leur demandant d’indiquer leur langue de préférence pour la prestation de services. Une fois les renseignements reçus, leur profil langagier sera lié à leur carte-santé. Cette première au Canada permettra la collecte de données sur l’utilisation des services de santé selon la langue de l’usager et de mieux planifier la prestation des services.»


En vedette...

Nouvel outil: Guide santé pour les nouveaux arrivants au Nouveau-Brunswick

Le Réseau-action Organisation des services a travaillé depuis plusieurs années à la création d'un Guide santé pour les nouveaux arrivants, d'abord en recensant les outils existants et en analysant le contenu de ces outils.  Cet exercice a permis d’identifier le besoin de créer un outil qui faciliterait la compréhension et la navigation du système de santé chez les nouveaux arrivants de la province.
Lire la suite...

La santé en français dans l'actualité

Développement d'une norme linguistique pour l'Agrément des établissements de santé au Canada

L’Organisation de normes en santé et la Société Santé en français mettent au point un programme de reconnaissance et des normes de communication en situation de langue minoritaire

Avr 28, 2017 | Nouvelles
HSO + SSF  Le 28 avril 2017 (Ottawa) – L’Organisation de normes en santé (HSO) et la Société Santé en français (SSF) ont annoncé leur collaboration en vue de la création du Programme de reconnaissance des compétences organisationnelles et des Normes de communication en situation de langue minoritaire pour évaluer la qualité des services linguistiquement adaptés chez les prestataires de services de santé.

Le Programme de reconnaissance des compétences organisationnelles est un processus en plusieurs étapes qui permet d’évaluer la qualité des services linguistiquement adaptés chez les prestataires de services de santé. Le nouveau programme comprend les Normes de communication en situation de langue minoritaire.
Ces nouvelles normes, parrainées par la SSF et élaborées dans le cadre d’un processus de conception conjointe avec HSO, visent à assurer aux groupes minoritaires de langues officielles, comme les Canadiens français et les communautés acadiennes minoritaires, l’accès à des services linguistiquement adaptés dans l’ensemble du continuum de soins.
Les normes traiteront aussi de la structure et des processus organisationnels requis aux niveaux de la gouvernance et de la direction pour favoriser et assurer une communication efficace : planification des services, collecte de données, élaboration de politiques et de procédures, ressources suffisantes, perfectionnement et formation du personnel.

Les normes seront structurées en fonction des principaux endroits de prestation des soins où une communication efficace est essentielle pour offrir des services de santé sécuritaires et de haute qualité. Elles évalueront la qualité des services linguistiquement adaptés offerts par les prestataires de services de santé au Canada et partout dans le monde. Cela comprend l’admission, l’évaluation, le traitement, la fin de vie, le congé et le transfert des soins.

Lire la suite...