header secondaire general
L'organisme Santé en français a produit un mémoire de 13 pages qui décrit les enjeux qui existent pour ceux qui veulent se faire soigner en français au Manitoba. Ce mémoire a été remis à la Société franco-manitobaine en prévision des élections provinciales manitobaines du printemps prochain.


Par ailleurs, Santé en français a organisé un panel avec les représentants des trois principaux partis politiques manitobains avant son assemblée générale jeudi soir afin de discuter des enjeux et des défis qui existent pour ceux qui veulent se faire soigner en français dans la province.

Les discussions sur enjeux décrits dans le mémoire sont une priorité en raison de l'arrivée prochaine des élections provinciales, selon la directrice générale de Santé en français, Annie Bédard. « Dans quelques mois, il va avoir des élections provinciales, donc nous nous sommes dit que c'était un timing [sic] excellent pour mettre la santé en français sur la table, et adresser [sic] ces questions-là », explique-t-elle.

La mise sur pied d'un bureau responsable des services en français serait un ajout important pour développer les services de santé en français dans la province, croit Mme Bédard. « On trouve que c'est un gros manque qui devrait être comblé », affirme-t-elle. Elle ajoute qu'il y a aussi beaucoup de besoins pour du personnel francophone en ressources humaines ou encore en santé mentale.

Vers une norme linguistique

D'autre part, Gilles Vienneau, le directeur général de la Société Santé et Mieux-être en français du Nouveau-Brunswick (SSMEFNB) était un invité de Santé en français lors de son assemblée générale annuelle.

M Vienneau dit être en négociation avec Agrément Canada afin que les hôpitaux au Canada qui doivent composer avec des minorités linguistiques puissent avoir « un critère évaluant leur capacité de transiger avec les patients en français en faisant de l'offre active. »

Il désire que les centres de santé qui ont la capacité de traiter les patients dans la langue officielle de leur choix soient évalués et récompensés pour cela « au même titre [qu'ils le sont pour leurs] autres capacités cliniques, comme faire un pansement. »

Un projet pilote est en cours et doit durer deux ans. Selon, Gilles Vienneau, jusqu'à 20 ans pourraient-être nécessaire pour que la pratique s'installe dans un hôpital parce que dans bien des endroits il faudra modifier la culture organisationnelle.

L'organisme Santé en français était anciennement connu sous le nom de Conseil communauté en santé du Manitoba.

En vedette...

Les réseaux de santé de l'Atlantique et du Québec se réunissent à Halifax




photogrouperéseaux2

La santé en français dans l'actualité

Développement d'une norme linguistique pour l'Agrément des établissements de santé au Canada

L’Organisation de normes en santé et la Société Santé en français mettent au point un programme de reconnaissance et des normes de communication en situation de langue minoritaire

Avr 28, 2017 | Nouvelles
HSO + SSF  Le 28 avril 2017 (Ottawa) – L’Organisation de normes en santé (HSO) et la Société Santé en français (SSF) ont annoncé leur collaboration en vue de la création du Programme de reconnaissance des compétences organisationnelles et des Normes de communication en situation de langue minoritaire pour évaluer la qualité des services linguistiquement adaptés chez les prestataires de services de santé.

Le Programme de reconnaissance des compétences organisationnelles est un processus en plusieurs étapes qui permet d’évaluer la qualité des services linguistiquement adaptés chez les prestataires de services de santé. Le nouveau programme comprend les Normes de communication en situation de langue minoritaire.
Ces nouvelles normes, parrainées par la SSF et élaborées dans le cadre d’un processus de conception conjointe avec HSO, visent à assurer aux groupes minoritaires de langues officielles, comme les Canadiens français et les communautés acadiennes minoritaires, l’accès à des services linguistiquement adaptés dans l’ensemble du continuum de soins.
Les normes traiteront aussi de la structure et des processus organisationnels requis aux niveaux de la gouvernance et de la direction pour favoriser et assurer une communication efficace : planification des services, collecte de données, élaboration de politiques et de procédures, ressources suffisantes, perfectionnement et formation du personnel.

Les normes seront structurées en fonction des principaux endroits de prestation des soins où une communication efficace est essentielle pour offrir des services de santé sécuritaires et de haute qualité. Elles évalueront la qualité des services linguistiquement adaptés offerts par les prestataires de services de santé au Canada et partout dans le monde. Cela comprend l’admission, l’évaluation, le traitement, la fin de vie, le congé et le transfert des soins.

Lire la suite...