header secondaire general
L'Acadie Nouvelle, Actualités, samedi, 6 octobre 2007, p. 7
Duval, Gilles

EDMUNDSTON - Le gouvernement fédéral versera 4,5 millions $ pour promouvoir l'accès aux services de santé pour les communautés de langue officielle en situation minoritaire au Canada. Le Nouveau-Brunswick recevra 372 000 $.
Présent à Edmundston, hier matin, le ministre fédéral de la Santé, Tony Clement, a indiqué que le financement s'échelonnera jusqu'en mars 2008.

Les fonds serviront à établir des liens entre les partenaires du secteur de la santé, les gouvernements et les communautés.

"C'est déjà inquiétant quand une personne a des problèmes de santé. Mais ça devient doublement intimidant quand, en plus, elle n'a pas accès à des soins dans sa langue maternelle", a dit le ministre Tony Clement.

La Société Santé en français recevra 3 millions $ pour améliorer les services offerts aux communautés francophones hors Québec. Elle se chargera de répartir les fonds entre ses 17 organismes membres au pays.

"Ça va permettre de maintenir le réseau en place et d'appuyer différentes initiatives", a mentionné Dr Aurèle Schofield, membre du conseil d'administration de l'association.

Dans la province, la Société Santé et Mieux-être en français du Nouveau-Brunswick bénéficiera d'une contribution de 372 000 $. Ce montant s'ajoutera à la contribution annuelle de 250 000 $ qu'elle reçoit déjà du fédéral. Cette aide financière viendra toutefois à échéance en 2008. Des discussions ont été entamées pour un renouvellement jusqu'en 2013.

"C'est peu, mais on va l'étirer pour faire le maximum avec la somme", a déclaré Normand Gionet, président de l'organisme créé en 2003.

Depuis sa fondation, la Société a amené les différents intervenants du secteur de la santé à dialoguer. Elle agit en quelque sorte comme organisme rassembleur.

Sa présence a permis de mettre en place quelques initiatives dans la province. M. Gionet cite en exemple le projet de télésoins de la Régie régionale Beauséjour, étendu aux autres régies en province, ou encore l'organisme Dialogue Santé dans la Péninsule acadienne.

Quelques projets ont déjà été définis pour l'utilisation des fonds reçus, hier. La Société mènera une étude pour qualifier et quantifier l'accès aux soins de santé dans la province.

"La langue est une mesure de sécurité dans l'offre de services. Quelqu'un peut vivre à côté d'un hôpital, mais ça peut lui prendre six mois avant de voir un spécialiste", a souligné Gilles Vienneau, directeur général de la Société.

L'organisme veut aussi créer un pont entre les communautés en santé et les autorités provinciales pour partager les modèles de réussite.

"Nous savons maintenant que notre projet rapporte des dividendes et qu'on touche vraiment les gens au N.-B. avec les différentes initiatives", a continué M. Gionet.

En bref... Tony Clement est le septième ministre du Cabinet fédéral de Stephen Harper à se déplacer dans la région d'Edmundston. Ce qui lui a fait dire à la blague que la région est un carrefour politique important...

© 2007 L'Acadie Nouvelle. Tous droits réservés

En vedette...

Les réseaux de santé de l'Atlantique et du Québec se réunissent à Halifax




photogrouperéseaux2

La santé en français dans l'actualité

Développement d'une norme linguistique pour l'Agrément des établissements de santé au Canada

L’Organisation de normes en santé et la Société Santé en français mettent au point un programme de reconnaissance et des normes de communication en situation de langue minoritaire

Avr 28, 2017 | Nouvelles
HSO + SSF  Le 28 avril 2017 (Ottawa) – L’Organisation de normes en santé (HSO) et la Société Santé en français (SSF) ont annoncé leur collaboration en vue de la création du Programme de reconnaissance des compétences organisationnelles et des Normes de communication en situation de langue minoritaire pour évaluer la qualité des services linguistiquement adaptés chez les prestataires de services de santé.

Le Programme de reconnaissance des compétences organisationnelles est un processus en plusieurs étapes qui permet d’évaluer la qualité des services linguistiquement adaptés chez les prestataires de services de santé. Le nouveau programme comprend les Normes de communication en situation de langue minoritaire.
Ces nouvelles normes, parrainées par la SSF et élaborées dans le cadre d’un processus de conception conjointe avec HSO, visent à assurer aux groupes minoritaires de langues officielles, comme les Canadiens français et les communautés acadiennes minoritaires, l’accès à des services linguistiquement adaptés dans l’ensemble du continuum de soins.
Les normes traiteront aussi de la structure et des processus organisationnels requis aux niveaux de la gouvernance et de la direction pour favoriser et assurer une communication efficace : planification des services, collecte de données, élaboration de politiques et de procédures, ressources suffisantes, perfectionnement et formation du personnel.

Les normes seront structurées en fonction des principaux endroits de prestation des soins où une communication efficace est essentielle pour offrir des services de santé sécuritaires et de haute qualité. Elles évalueront la qualité des services linguistiquement adaptés offerts par les prestataires de services de santé au Canada et partout dans le monde. Cela comprend l’admission, l’évaluation, le traitement, la fin de vie, le congé et le transfert des soins.

Lire la suite...