header secondaire general
L'Acadie Nouvelle, Actualités, jeudi, 7 janvier 2010, p. 6
Dupuis, Justin

DIEPPE - Égalité santé en français (ÉSF) considère que le mandat qu'a confié le gouvernement provincial à Gino LeBlanc afin de mener une consultation en santé auprès des francophones manque de crédibilité puisque la conjointe de ce dernier travaille dans un des cabinets d'avocats impliqués dans la poursuite qui pèse contre la réforme en santé.

En décembre, le gouvernement annonçait que Gino LeBlanc, ancien président de la Commission sur l'école francophone, mènerait une consultation auprès des francophones de la province afin d'améliorer la réforme en santé des libéraux.

ÉSF y voit plutôt une tactique de la part du gouvernement Graham afin de détourner l'attention de la contestation judiciaire que mène le groupe contre la réforme.

Le comité va maintenant plus loin et juge que le mandat confié à M. LeBlanc manque de crédibilité. La conjointe de Gino LeBlanc, Me Allison MacLean, travaille en effet pour un des trois cabinets d'avocats (Stewart McKelvey) retenus par le gouvernement afin d'assurer sa défense relativement à la poursuite qu'a entamée ÉSF.

"Ça aurait dû être dit dès le début et les gens qui ont mandaté M. LeBlanc devraient réfléchir, à savoir si c'est une bonne idée qu'il continue, a déclaré le Dr Hubert Dupuis, président d'ÉSF. La démarche perd de sa crédibilité, c'est clair."

Bernard Thériault, directeur général au bureau du premier ministre, affirme ne "pas nécessairement être au courant de cette situation". Il ne partage pas pour autant l'analyse du Dr Dupuis.
"M. LeBlanc n'est d'aucune manière impliqué dans la poursuite", a-t-il déclaré, ajoutant que Me MacLean ne travaille pas sur ce dossier, chose que Stewart McKelvey a aussi confirmée au journal.
Il a aussi rappelé que le mandat s'inscrit dans "une démarche de consultation où certains membres de la communauté nous ont indiqué qu'il y avait peut-être d'autres façons de régler ce problème que par la cour".

Lorsque interrogé à ce sujet, Gino LeBlanc n'a pas caché que sa conjointe travaille chez Stewart McKelvey et a dit croire que ce fait ne change en rien la pertinence de son travail.
"J'ai déjà été membre du conseil d'administration de la SANB, est-ce que ça me rend favorable à la position du groupe dans le dossier d'Égalité santé en français?", a-t-il demandé.
L'important, juge-t-il, sera le produit final.

"Le rapport va être remis au public, c'est très important pour moi", puisqu'il s'agit d'un gage de transparence, a-t-il poursuivi.

Le Dr Dupuis voit toutefois les choses autrement.

Il craint notamment que la consultation ne soit rien de moins qu'une tactique que les libéraux pourraient utiliser devant les tribunaux afin d'appuyer leur défense.

Jean-Marie Nadeau, président de la SANB, organisme qui a donné son aval à la poursuite d'ÉSF, a préféré ne pas commenter l'affaire.

En bref... Gino LeBlanc s'est déjà attelé à la tâche qui lui a été confiée par le gouvernement. Il rencontrera à cet effet son comité d'appui, chargé d'orienter sa consultation, pour la première fois demain. Ce comité est composé de Barbara Losier, directrice générale du Mouvement acadien des communautés en santé du Nouveau-Brunswick, Euclide Chiasson, signataire de la lettre des 31, Gilles Vienneau, directeur général de Société Santé et Mieux-être en français du Nouveau-Brunswick, le Dr Jeannot Castongay, d'Edmundston, président du Conseil des gouverneurs de l'Université de Moncton, Jean-Marie Nadeau, président de la SANB, Michel Côté, directeur général de l'Association régionale de la communauté francophone de Saint-Jean, Stéphane Leclair, directeur général du Centre communautaire Sainte-Anne à Fredericton et Sylvain Vézina, professeur à l'Université de Moncton dont son champ d'études comprend l'organisation des soins de santé en français...

© 2010 L'Acadie Nouvelle. Tous droits réservés

En vedette...

Les réseaux de santé de l'Atlantique et du Québec se réunissent à Halifax




photogrouperéseaux2

La santé en français dans l'actualité

Développement d'une norme linguistique pour l'Agrément des établissements de santé au Canada

L’Organisation de normes en santé et la Société Santé en français mettent au point un programme de reconnaissance et des normes de communication en situation de langue minoritaire

Avr 28, 2017 | Nouvelles
HSO + SSF  Le 28 avril 2017 (Ottawa) – L’Organisation de normes en santé (HSO) et la Société Santé en français (SSF) ont annoncé leur collaboration en vue de la création du Programme de reconnaissance des compétences organisationnelles et des Normes de communication en situation de langue minoritaire pour évaluer la qualité des services linguistiquement adaptés chez les prestataires de services de santé.

Le Programme de reconnaissance des compétences organisationnelles est un processus en plusieurs étapes qui permet d’évaluer la qualité des services linguistiquement adaptés chez les prestataires de services de santé. Le nouveau programme comprend les Normes de communication en situation de langue minoritaire.
Ces nouvelles normes, parrainées par la SSF et élaborées dans le cadre d’un processus de conception conjointe avec HSO, visent à assurer aux groupes minoritaires de langues officielles, comme les Canadiens français et les communautés acadiennes minoritaires, l’accès à des services linguistiquement adaptés dans l’ensemble du continuum de soins.
Les normes traiteront aussi de la structure et des processus organisationnels requis aux niveaux de la gouvernance et de la direction pour favoriser et assurer une communication efficace : planification des services, collecte de données, élaboration de politiques et de procédures, ressources suffisantes, perfectionnement et formation du personnel.

Les normes seront structurées en fonction des principaux endroits de prestation des soins où une communication efficace est essentielle pour offrir des services de santé sécuritaires et de haute qualité. Elles évalueront la qualité des services linguistiquement adaptés offerts par les prestataires de services de santé au Canada et partout dans le monde. Cela comprend l’admission, l’évaluation, le traitement, la fin de vie, le congé et le transfert des soins.

Lire la suite...